UFC-Que Choisir de Nantes

Litiges, Utile et bon à savoir

Souscrire ou pas l’assurance scolaire ?

Les propositions
Ce sont le plus souvent les institutions scolaires elles-mêmes qui proposent cette assurance : association de parents, mutuelle d’enseignants, notamment. Leur démarche est insistante, et peut tromper les familles, qui leur font plutôt spontanément confiance.
Il faut simplement savoir que ce marché est très concurrentiel : tous les assureurs de multirisque-habitation peuvent proposer la même garantie. Quand on s’interroge sur l’utilité de cette assurance supplémentaire, il est intéressant de comparer.
Les garanties
Le contenu de l’assurance scolaire est déjà compris dans les assurances familiales : c’est la responsabilité de l’enfant pour les dommages causés aux autres, ainsi que la garantie des accidents de la vie (qu’on appelle « GAV »).
Pour choisir sans augmenter inutilement ses dépenses domestiques, il faut trier dans les risques couverts par cette assurance, pour éviter l’arnaque : la plupart des accidents scolaires relèvent de la responsabilité de l’école, ou de la faute d’un tiers lui-même assuré.
Les vrais risques sont ceux du trajet, ou contre un tiers non assuré : mais ces risques sont ceux de tous les jours, même pendant les vacances, ou en faisant les courses !
Lorsque l’établissement scolaire exige une couverture d’assurance pour les activités dites « extrascolaires », il n’est pas forcément nécessaire de souscrire l’assurance scolaire : une attestation de l’assureur multirisque-habitation suffit le plus souvent. Pour des sports à risques, il faut d’abord vérifier auprès de son propre assureur.
Le coût
L’assurance scolaire ne coûte pas cher, parce qu’elle se vend assez bien, dans un public plutôt captif. C’est son principal avantage.
L’intérêt
Si l’on n’a pas souscrit de garantie contre les accidents de la vie, l’assurance scolaire permet de couvrir ce risque pour l’enfant assuré.
C’est un risque réel, car les accidents domestiques causent 200000 morts par an.
En outre, dans l’assurance scolaire, cette garantie est généralement avantageuse, par rapport aux formules des grands assureurs : prix, couverture, et surtout absence de franchise.
Cette garantie GAV comporte le remboursement des frais médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques et d’hospitalisation, en complément des régimes sociaux (Sécurité sociale, Mutuelle…). Généralement, les lunettes et les prothèses dentaires sont remboursées forfaitairement (mais pour une somme relativement faible).
Elle prévoit aussi le versement d’un capital, en cas d’invalidité permanente. Pour choisir le montant de la garantie, il faut tenir compte du fait que le capital est versé intégralement seulement si l’infirmité est de 100 %. En cas d’invalidité partielle, le montant des prestations est calculé d’après une expertise médicale. Si les médecins déterminent un taux d’invalidité de 30 %, vous n’aurez droit qu’à 30 % du capital garanti

Août 2018 Hervé LE BORGNE