UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité, Santé

Santé : l’ordre des médecins défaillant

Santé : Ordre des médecins défaillant
La Cour des comptes a vérifié le fonctionnement de l’Ordre des médecins. Cette autorité de contrôle financier, indépendante du gouvernement, peut mener des investigations sur tout organisme recevant des fonds publics, ce qui est le cas des Chambres et Ordres professionnels, subventionnés par l’État.
La Cour des comptes a rendu un rapport très critique sur la gestion de l’Ordre des médecins. Il est vrai que cette autorité a déjà une réputation de réalisme et de sévérité, pour le fonctionnement des administrations.
Mais dans le cas de l’Ordre des médecins, c’est l’étendue des domaines observés qui peut paraître étonnante.
Cet organisme est accusé d’abord d’avoir présenté des comptes non sincères. Il est aussi jugé par la Cour comme très conservateur et corporatiste, au détriment de l’intérêt général.
Ainsi, le contrôle des contrats passés entre les médecins et les laboratoires n’est pas réalisé par l’Ordre, mais par des sous-traitants. Ils ne sont jamais considérés dans leur ensemble pour un même praticien, mais à l’unité. Cette méthode est donc coûteuse et peu efficace. En outre, en cas d’avis défavorable de l’Ordre sur un de ces contrats, il n’y a ni contrôle ni sanction du respect de cette décision.
L’Ordre ne sanctionne pas davantage les refus de soins. Lorsque des patients se sont tournés vers cet organisme pour dénoncer des pratiques telles que les rendez-vous impossibles, ou les honoraires dissuasifs, plus de la moitié des recours ont été rejetés.
De manière générale, d’ailleurs, les plaintes contre les médecins sont enregistrées avec beaucoup de réticences. L’Ordre des médecins a inventé une distinction improbable entre « plainte » et « doléance ». Les « doléances » représentent près de 80 % des courriers reçus, et ne seront pas traitées en conseil de discipline.

Janvier 2020 par l’UFC-Que Choisir de Nantes