UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité

Assurances : baisse des sinistres, augmentation des tarifs

Les assureurs exercent une véritable domination sur le marché. La meilleure sécurité routière et l’épidémie ont pourtant fait baisser le nombre de sinistres. Mais la diminution des primes n’a pas suivi pour autant. Cependant, les assurés ne sont pas traités pareillement selon la catégorie d’assureur.
Il existe en France quatre grands réseaux d’assureurs : les compagnies privées, les mutuelles, les banques, et les démarcheurs en ligne.
Les particuliers clients des banques et des mutuelles supportent nettement moins de hausses de tarifs que les autres, depuis ces dix dernières années. La différence sur un an est de plus de 200 € pour un risque automobile moyen.
Avec la crise sanitaire, seules certaines mutuelles ont tenu compte de la diminution des sinistres routiers pour répercuter une partie au moins de leurs gains sur leurs assurés. Ainsi, MAIF, GMF, MATMUT ont reversé une quote-part de prime, et stabilisé leurs tarifs en automobile pour 2021.
Cela s’explique par le modèle économique. Les mutuelles et les banques cherchent à gagner des parts de marché avec des cotisations moins élevées. Les compagnies comme AXA, ALLIANZ ou GENERALI et les assureurs en ligne comme DIRECT lancent de coûteuses campagnes publicitaires ou des offres promotionnelles spectaculaires, pour recruter de nouveaux clients. La mauvaise surprise arrive au renouvellement du contrat. Cette pratique est courante avec DIRECT ASSURANCE. Cette marque figure régulièrement en tête des comparateurs. Mais ses assurés ne restent pas plus d’un an, ou dénoncent des hausses à l’échéance jusqu’à 30 %.
Le surcoût des compagnies privées s’explique aussi par leur réseau de distribution, avec des agents d’assurance dont la rémunération pèse lourdement sur le client.
Ce monde de l’assurance est aussi confronté, tous assureurs confondus, à une double augmentation de leurs dépenses. D’une part, dans l’automobile, le nombre de sinistres diminue, mais les coûts de réparations ont explosé avec le prix des pièces. D’autre part, dans l’habitation, les catastrophes naturelles se multiplient, avec des factures très élevées.

Novembre 2021 par l’UFC-Que Choisir de Nantes