UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité

Le ski alpin à la peine

La pratique du ski est en déclin. L’incertitude par manque de neige, le coût élevé de ce sport, et les goûts des plus jeunes expliquent en partie ce délaissement. L’avenir des stations se dessine dans de nouvelles offres moins concentrées sur l’hiver, et des activités qui préservent davantage la nature.
C’est un sale temps pour le ski alpin. D’une part, les stations traversent des temps difficiles, soumises à des aléas climatiques ruineux. D’autre part, les habitués du ski alpin sont invités à revisiter leurs pratiques de descentes acharnées, souvent dévastatrices du milieu montagnard.
Ce sport présente en effet un coût environnemental élevé, en raison des longs trajets touristiques à l’aller comme au retour, des remontées mécaniques énergivores, de l’atteinte aux paysages et aux forêts.
Les professionnels du tourisme de la neige voient leur avenir plutôt sombre, avec le réchauffement généralisé, durable, et la fonte spectaculaire des glaciers. Mais ils ressentent aussi la désaffection continue de leur clientèle, de moins en moins jeune.  De toute façon, la neige ne sera plus présente et stable qu’au-dessus de 1.800 mètres, ce qui ne laisse aucune chance aux petites unités en altitude moyenne.
Les élus et les responsables des sites de montagne cherchent à renouveler les activités proposées. Le ski de randonnée, la luge ou les structures pneumatiques se développent. Les sports d’été représentent aussi une alternative, comme la randonnée, le vélo de piste ou la luge de quatre saisons.
Mais le modèle économique de la station alpine a la vie dure. Pour les élus, le rapport financier du ski alpin est sans commune mesure avec celui des nouveaux loisirs. Les entreprises font aussi pression, comme les sociétés de transport et de remontées mécaniques, les écoles de ski ou les promoteurs immobiliers.
Ainsi, le monde des stations voit s’opposer les défenseurs d’un futur plus écologique et ceux qui s’accrochent aux profits de la neige, naturelle ou au canon.

Janvier 2022 par l’UFC-Que Choisir de Nantes