UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité

Pratique : casque vélo déconseillé

Le casque n’est pas obligatoire pour les cyclistes, qui sont pourtant nombreux à l’avoir adopté par sécurité. Les publications QUE CHOISIR alertent les amateurs sur la dangerosité d’un modèle très apprécié, qui présente une protection insuffisante en cas d’accident.
Beaucoup de cyclistes ont choisi le KASK URBAN LIFESTYLE, aux lignes très réussies. Son prix de 150 € peut laisser penser qu’il s’agit d’un produit d’excellente qualité. C’est d’ailleurs la star incontestée du marché, avec des ventes multipliées par plus de 10 entre 2015 et 2021, malgré son coût bien supérieur au prix moyen de 40 €.
Mais les essais en laboratoire montrent qu’il protège nettement moins bien que d’autres modèles, vendus pourtant à meilleur prix.
La dernière publication de QUE CHOISIR sur ce sujet ajoute une douzaine de nouveaux casques pour cyclistes, ce qui porte le panel à 33 exemplaires évalués.
Le KASK est le plus mal noté parmi ces nouveautés, avec 10,6 sur 20. En effet, le porteur risque d’être blessé gravement près d’une fois sur deux en cas de chute ou de collision. Ce score tombe à moins d’une fois sur cinq avec le premier modèle du classement, vendu seulement 100 €.
Il convient de préciser que ces essais sont plus exigeants que la norme officielle, parce que celle-ci ne tient pas compte des circonstances réelles des accidents courants. C’est le laboratoire spécialisé de l’université de Strasbourg qui a défini ce protocole, intégrant les chutes en pente, et pas uniquement en surfaces planes.
Cela dit, le modèle KASK réduit efficacement les risques de fracture du crâne, lors d’un choc à 20 km/h. Mais c’est ce que font aussi tous ses concurrents, et c’est le minimum requis.
En revanche, en cas de collision avec une voiture, même en allure urbaine, aucun casque cycliste ne protège son porteur contre les conséquences prévisibles, y compris les lésions crâniennes.

Août 2022 par l’UFC-Que Choisir de Nantes