UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité, Non classé, Utile et bon à savoir

Télénantes – Etudiant : trouver un logement sans se faire avoir

L’UFC-Que Choisir de NANTES était sur Télénantes lundi 12 septembre 2022 pour vous parler de la recherche d’un logement en location. Trouver un logement n’est pas une mince affaire, et les étudiants qui arrivent à Nantes juste avant la rentrée pourraient se faire avoir par une trop belle annonce : nos conseils.

 

  • Se méfier de la trop bonne affaire
Trouver aujourd’hui une offre pour un appartement de deux pièces en plein centre-ville de Nantes à 300 € / mois, il vaut mieux passer son chemin. Les trop bonnes affaires n’existent pas dans l’immobilier, et une telle annonce peut cacher une arnaque. Malgré le stress que l’on peut avoir de trouver un logement à temps, il ne faut pas se laisser berner par un discours trop rassurant : un propriétaire ne va pas louer son appartement pour une somme modique seulement parce qu’il veut aider un étudiant dans le besoin.
Il ne faut pas non plus transmettre ses informations personnelles par mail avant-même d’avoir visité le logement et signé le contrat de location, ni verser d’argent pour réserver le logement (c’est interdit par la loi). Il arrive que le prétendu propriétaire demande de verser le dépôt de garantie par mandat cash, avant de visiter le logement : une fois que c’est fait, cette personne se volatilise étonnement !
De même, aucun agent immobilier ne fera payer pour avoir accès à une liste de logements disponibles à la location : ces « marchands de liste » ne sont pas des agents immobiliers, et ne font que mettre à disposition une liste de logements, avec les coordonnées des propriétaires, puis c’est au candidat locataire de faire les démarches pour les contacter. Mais bien souvent, le logement est déjà loué : vous aurez donc payé cet intermédiaire pour rien.
  • Visiter le logement et signer le contrat de location
Lors de la visite du logement, il est utile de vérifier les menuiseries (les fenêtres et les portes s’ouvrent-elles facilement ?), le fonctionnement des robinets et de la chasse d’eau, d’éventuelles traces d’humidité dans la cuisine ou la salle de bain, l’état des prises électriques et des radiateurs.
Le mieux est de préparer votre dossier de candidat à la location en amont, pour être prêt si le logement vous intéresse. La loi fixe les justificatifs qui peuvent être demandés au futur locataire, ainsi qu’à sa caution (qui va se porter garant en cas d’impayés).
Le bailleur est ainsi en droit d’exiger du locataire
une seule pièce d’identité en cours de validité : carte d’identité, passeport, permis de conduire, carte de séjour temporaire, carte de résident, ou carte de ressortissant d’un Etat membre de l’UE ;
un seul justificatif de domicile : 3 dernières quittances de loyer, attestation sur l’honneur de l’hébergeant, attestation d’élection de domicile, dernier avis de taxe foncière ;
un ou plusieurs justificatif(s) de situation professionnelle : contrat de travail ou de stage, carte d’étudiant ou certificat de scolarité, carte professionnelle, extrait du registre des métiers, entre autres ;
un ou plusieurs justificatifs de ressources : 3 derniers bulletins de salaires, justificatif de versement des indemnités de stage, avis d’attribution de bourse, dernier avis d’imposition ou de non-imposition, entre autres.
Le bailleur ne peut pas imposer que le bail soit cosigné d’un parent (ascendant ou descendant).
Un contrat de location doit être signé des deux parties, dont une version remise au locataire. D’après la loi, le bail doit notamment mentionner le nom et les coordonnées du bailleur, le nom du locataire, la date de prise d’effet et la durée du bail, la description du logement loué et de ses équipements, le montant du loyer et des charges ainsi que les modalités de paiement, le montant du dépôt de garantie.
  • Être attentif à l’état des lieux d’entrée
Si l’état des lieux d’entrée est fait par l’intermédiaire d’un agent immobilier, une partie des frais pourra être payée par le locataire. Cette somme est toutefois limitée à 3 € par m² de surface habitable, sans dépasser la part payée par le propriétaire.
Dans l’état des lieux d’entrée, il convient de bien y faire notifier les désordres constatés (trous dans les murs, peinture écaillée, dysfonctionnements ou casse d’électroménagers par exemple). Ce document doit être signé des deux parties (locataire et bailleur), et une copie doit être remise au locataire.
Celui-ci dispose ensuite de 10 jours pour signaler au bailleur des problèmes qui n’auraient pas été vus le jour de l’entrée, en lui demandant de les ajouter à l’état des lieux d’entrée. Pour les radiateurs, le locataire dispose d’un mois à partir du début de la période de chauffe pour signaler un problème.

Septembre 2022 par l’UFC-Que Choisir de Nantes