UFC-Que Choisir de Nantes

Santé - Environnement

Environnement : Actualités de l’eau

L’accès à l’eau potable est un sujet d’actualité : l’annonce par le Président de la République d’un « plan eau », les restrictions d’approvisionnement dans une partie du territoire, le partage de cette ressource entre les différentes catégories d’usagers. Ces préoccupations sont l’occasion de s’interroger sur la situation de notre département sur ce point, et de renouveler les messages que notre association s’efforce de passer auprès des acteurs concernés.
La tarification de l’eau potable
Dans deux collectivités, cette tarification évolue en 2023 :
· Nantes Métropole a diminué de 39 % le prix de l’abonnement des particuliers (de 52 € à 28 € HT) et augmenté le prix de vente au mètre cube de 24 % (de 1,04 € à 1,31 € HT). Ce choix a pour conséquence de faire baisser la facture de l’eau potable pour les ménages consommant moins de 65 m³. Nantes Métropole maintient également une tarification sociale pour les usagers dont la dépense en eau est supérieure à 3 % de leur revenu, pour une consommation ne dépassant pas 30 m³ par personne au foyer (7 400 bénéficiaires).
· Atlantic’Eau applique une hausse de 3 % aux usagers qui ont une consommation annuelle inférieure à 1 000 m³, et 4 % au-delà. Cette évolution intervient après une stabilisation de la facture pour les particuliers depuis 9 ans. L’augmentation plus importante pour les gros utilisateurs va dans le sens de notre demande, alors que la grille tarifaire d’Atlantic’Eau prévoit un prix moindre pour les consommations supérieures à 1 000 m³ (15 %) Malgré une autre de nos suggestions, Atlantic‘Eau n’a pas adopté de tarification sociale pour l’eau (comme Nantes Métropole par exemple). Mais une promesse de mise à l’étude a été formulée.
En ce qui concerne la dépense en eau potable pour 2022, la facture d’un particulier consommant 120 m³ par an se situait à 178,80 € à Nantes Métropole, 194,51 € à Atlantic’Eau, 214 € en Vendée et 273 € en Morbihan (hors taxes et redevances).
Nous pouvons considérer que la politique tarifaire des collectivités sur notre département est maitrisée. Pour autant, il faut s’attendre à une prochaine augmentation de nos factures, en raison de trois éléments : la hausse des coûts de l’énergie, les investissements à réaliser pour diminuer les pertes d’eau, et surtout la nécessaire modernisation des stations de traitement pour mieux éliminer les polluants d’origine agricole. D’ailleurs, nous dénonçons avec les autres associations de consommateurs l’injustice supportée par les ménages qui financent l’essentiel de ces investissements pour obtenir une eau conforme, alors qu’ils ne sont pas à l’origine des pollutions. Mais malheureusement, nous ne sommes pas entendus : le soutien à l’agriculture intensive demeure prioritaire.
La qualité de l’eau potable
La découverte récente de la présence d’un métabolite de pesticide (chlorothalonil R471811) dans l’eau potable distribuée sur une grande partie de la Loire-Atlantique est une nouvelle source de préoccupation pour les représentants des usagers que nous sommes.
Le chlorothalonil est employé depuis 1969 comme fongicide dans l’agriculture, sur de nombreuses cultures : blé, orge, pommes de terre, tomates notamment. Son usage est normalement interdit en France depuis 2020.
La limite de qualité maximale dans l’eau potable est fixée à 0,10 µg/l par substance. Cette norme est dépassée dans plusieurs unités de production d’Atlantic’Eau. C’est le cas à Basse-Goulaine (entre 0,18 et 0,27), Ancenis (entre 0,14 et 0,24), Nort-sur-Erdre (entre 0,32 et 0,60), Saffré (entre 0,42 et 0,77), Saint-Mars-du-Désert (entre 0,28 et 0,49), Machecoul-Saint-Même (entre 0,16 et 0,27).
Ces dépassements restent cependant très inférieurs à la valeur sanitaire transitoire (VST) fixée à 3 µg/l. Cette VST constitue un seuil en dessous duquel l’eau doit être interdite à la distribution. Nous nous interrogeons néanmoins sur les conséquences sanitaires d’une utilisation à long terme d’une eau contenant ces résidus.
La présence de ce pesticide a été découverte avec des analyses indépendantes (et non celles des autorités sanitaires). Elles faisaient suite à une politique de recherches plus approfondies menées par Atlantic’Eau, qui gère les usines de production indiquées ci-dessus. Il faut saluer d’ailleurs la transparence de ce distributeur, car rien ne l’obligeait à communiquer sur ce sujet.
Pour remédier à ce problème, Atlantic’Eau envisage diverses mesures
Dans les unités présentant un faible dépassement, Atlantic’Eau va adapter le traitement en augmentant la quantité de charbon actif afin de retrouver rapidement une eau conforme.
Pour les captages où la pollution est la plus forte, aucune mesure corrective immédiate ne peut être mise en œuvre pour rétablir et maintenir la distribution d’une eau conforme aux limites de qualité. Atlantic’Eau doit déposer auprès des services de la préfecture une demande de dérogation aux limites de qualité. L’eau pourra ainsi être distribuée sur une période dérogatoire de 3 ans, le temps de mener des études approfondies et de mettre en œuvre la solution la plus adaptée. Il s’agit de la procédure retenue pour trouver un remède dans une autre pollution récemment révélée (présence de métabolites du métolachlore à Nort-sur-Erdre et Massérac).
L’UFC-Que Choisir réclame deux mesures prioritaires
· Pour la préfecture d’une part, interdire l’utilisation de tous les produits phytosanitaires sur les périmètres de protection de captages, et ceci sans dérogation. Il est d’ailleurs regrettable que cette interdiction ne figure pas dans le « plan eau » du gouvernement.
· Pour l’agence régionale de santé (ARS) d’autre part, procéder à une recherche exhaustive des polluants chimiques dans les analyses sanitaires des eaux distribuées. Il convient de rappeler qu’aujourd’hui, seules 300 molécules sont actuellement recherchées, sur les 750 recensées et susceptibles de se retrouver dans l’eau du robinet en Loire-Atlantique.
La ressource en eau
Ces dernières semaines, des restrictions d’usage ont été annoncées dans certains territoires du sud de la France.
En Loire-Atlantique, si la pluviométrie de l’hiver a permis la recharge des nappes souterraines de notre département, l’absence de pluie en deuxième quinzaine de mai entame sérieusement les réserves. Des mesures contraignantes sont à craindre à partir de juillet, comme l’été dernier.
De toute façon, avec les prévisions climatiques à venir et l’augmentation des résidents, il est urgent de s’attaquer avec volontarisme aux risques de pénurie d’eau pour les besoins vitaux de la population. Naturellement, les particuliers doivent faire des efforts par des gestes simples et le respect des consignes de restriction. L’évolution de la consommation par abonné montre une certaine stabilité de la consommation dans notre département (autour de 85 m³ pour Atlantic‘Eau, soit 108 litres journaliers par habitant). Il faudrait pourtant tendre rapidement vers une diminution de 10 %. Des efforts importants doivent également être faits par les autres utilisateurs, en particulier l’agriculture. Le plus urgent serait de limiter l’irrigation de certaines cultures l’été (surtout le maïs), et adapter les pratiques agronomiques au changement climatique.
À l’UFC-Que Choisir, nous avons relevé la recommandation du GIEC régional sur l’interdiction de construire des ouvrages de stockage de grande dimension (les mégabassines) pour les besoins de l’agriculture. Cette solution est inappropriée selon les chercheurs, en raison de l’évaporation excessive, des risques de pollution, et surtout de l’épuisement des nappes sur le long terme. Il faut désormais inciter les collectivités qui encouragent ce type d’installations à suivre cette recommandation.
Plusieurs actions que nous soutenons sont en cours de mise en œuvre dans notre département :
· Sécurisation de l’alimentation de certains territoires par la mise en place de solution de secours lorsqu’un secteur risque d’être en pénurie (par exemple le Pays de Retz). Cependant, nous nous interrogeons sur l’alimentation de l’agglomération nantaise à partir de la Loire, avec la remontée du bouchon vaseux de l’estuaire et la perte de débit du fleuve en période d’été. La solution de secours par la prise d’eau dans l’Erdre est très discutable, compte tenu de la pollution de cette rivière.
· Recherche de nouveaux forages (par exemple à Sion-les-Mines) ou la réactivation d’anciens sites, à condition que ceux-ci ne soient pas trop pollués en pesticides et en nitrates.
· Investissements pour diminuer les pertes dans les conduites. Globalement, les taux de rendement des réseaux en Loire-Atlantique (88,2 % pour Atlantic’Eau) sont supérieurs à la moyenne nationale (81,4 %), mais peuvent certainement être encore améliorés.
En revanche, nous regrettons que les collectivités ne soient pas plus ambitieuses dans leur politique d’urbanisme, pour réduire l’imperméabilisation des sols, récupérer les eaux de pluie, restaurer les zones humides.

July 2023 par Gérard ALLARD