UFC-Que Choisir de Nantes

Santé - Environnement

Santé : les allergènes sur l’étiquette des cosmétiques

La règlementation des cosmétiques oblige désormais les fabricants à mentionner les composants allergènes de leurs formulations. Ils ont longtemps résisté à cette mesure, mais leurs arguments prouvent que la santé publique était en jeu.
Près de dix ans après une alerte de scientifiques sur les risques considérables des cosmétiques, les autorités européennes ont enfin renforcé leur règlementation.
La dangerosité de certains ingrédients dans les produits de maquillage est largement démontrée, avec des effets sur la peau, les yeux, les poumons.
Jusqu’ici, la présence de 26 seulement d’entre eux devait être mentionnée au-delà d’un seuil. La liste comprend désormais 80 composants critiques, comme l’huile essentielle de girofle, l’essence de térébenthine ou l’extrait d’ylang-ylang.
C’est bien tard pourtant, et la résistance des industriels va encore allonger la prise d’effet de ces nouvelles normes. Ils ont 3 ans pour modifier leurs étiquettes, et peuvent écouler leurs stocks pendant 5 ans.
Les professionnels admettent d’ailleurs que plus de 90 % de leurs références sont concernées. Il est vrai que leurs produits seront beaucoup moins séduisants avec une liste interminable d’allergènes.
On peut ainsi espérer que ce changement va contraindre la profession à privilégier des compositions plus simples et naturelles.
Pour rappel, l’application QUELPRODUIT de l’UFC-Que Choisir permet de vérifier les risques de milliers de cosmétiques, avec une grande fiabilité. Elle est gratuite, et a été financée par les dons des consommateurs.

September 2023 par Hervé LE BORGNE