UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité

5G : mirages assurés, risques probables

La 5G sera la nouvelle génération de télécommunications mobiles, la cinquième, donc. Ses promesses suscitent encore beaucoup de questions, avant son lancement qui n’est pas vraiment pour demain. Ses dangers supposés inquiètent aussi, avec des coûts financiers et environnementaux, des risques sur la santé ou le secret des échanges privés.
Comment ça marche ?
Ce sont des antennes relais, comme celles existantes, et de nouvelles pour densifier le réseau, qui supporteront cette technologie.
Elle empruntera les fréquences actuelles de la 3G et de la 4G, ainsi que deux nouvelles bandes, mises aux enchères par l’État entre les opérateurs.
En réalité, la puissance de connexion (volume, rapidité, stabilité) ne sera vraiment améliorée que dans les zones desservies par des antennes spécifiques, et les fréquences nouvelles, propres à la 5G.
C’est pour quand ?
Les offres d’abonnement en 5G ne seront pleinement opérationnelles qu’avec un smartphone compatible avec cette nouvelle norme, comme pour la 4G.
Mais dans les débuts du déploiement, les fournisseurs risquent de vendre une fausse 5G, utilisant le réseau actuel, sans véritable amélioration. C’est ce qu’a fait BOUYGUES TÉLÉCOM en juin dernier, avec de prétendus forfaits « compatibles 5G », en réalité sans intérêt et beaucoup trop chers.
Il vaut donc mieux attendre le développement des équipements de transmission, et la maturité du marché des appareils compatibles.
Quels avantages ?
L’amélioration considérable du débit (quand et où ce sera possible) devrait permettre d’accélérer les connexions d’appareils et les téléchargements d’images. C’est ce qui a fait dire à un élu (écologiste) que le seul intérêt serait de « pouvoir regarder du porno dans un ascenseur ».
C’est une formule cruelle, mais injuste. En réalité, ce nouveau réseau permettra surtout le développement de ce qu’on appelle les objets connectés, comme la gestion de trafic routier, les alertes automatisées, la télémédecine.
Quels dangers pour la santé ?
Les ondes de la 5G sont de même nature que celles utilisées par les générations précédentes. Seule la fréquence (ou bande de fréquence) change.
L’incertitude en matière d’effets sur la santé est donc identique.
L’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) souligne qu’aucune étude scientifique n’a démontré un tel danger, à ce jour.
Pour sa part, l’Agence nationale française (ANSES) a lancé plusieurs études pour mesurer les conséquences de l’exposition aux ondes électromagnétiques sur le corps humain. Les résultats sont attendus pour le printemps 2021.
C’est la raison pour laquelle l’UFC-Que Choisir demandait d’attendre leur publication avant de lancer les enchères. Notre association considère que les enjeux industriels ne doivent pas prévaloir sur ceux de la santé publique.
Quels risques pour la protection de la vie privée ?
Les constructeurs chinois ont pris une énorme avance en technologie 5G. Les concurrents auront du mal  à les rattraper.
La méfiance à l’égard de ces appareils résulte des possibilités d’espionnage par un État centralisé, qui peut tout obtenir de ses entreprises nationales.
Pourtant, les États-Unis sont mal placés pour dénoncer ce risque : on sait que les équipementiers américains ont permis à leur gouvernement d’espionner les téléphones personnels des dirigeants européens ces dix dernières années. 
Je souhaite à tous les consommateurs une excellente année 2021, à l’abri de l’épidémie et des promesses mirobolantes des opérateurs.l

Janvier 2021 Hervé LE BORGNE