UFC-Que Choisir de Nantes

Actualité

Vos chroniques du 7 et 8 avril

Chronique « Quick Conso » (7 h 15 -8 h 15 -9 h 15 -15 h 15 le samedi et le dimanche) :
07/4 : Internet -éviter le marketing électronique
08/4 : Internet -moins de publicités avec CHROME ?

Internet : éviter le marketing électronique
Les techniques commerciales utilisées par le commerce en ligne sont redoutables, mais il est possible de s’en protéger. Un peu.
Il n’est pas possible de réserver en ligne avec OPODO, TRIPADVISOR, ou AVIS, si le navigateur est paramétré pour refuser les « cookies » : la simple consultation de ces sites laisse jusqu’à 17 traces de ce genre sur l’ordinateur.
Et les prix augmentent au fur et à mesure des consultations : plus on hésite, plus on compare, plus on revient sur la même formule, plus son prix monte.
C’est la technique de l’optimisation des prix, avec des robots qui utilisent plusieurs indicateurs : le remplissage de l’avion ou de l’hôtel, mais aussi les habitudes ou le parcours de navigation de l’internaute.
Avec un navigateur sans traçage, ces systèmes de ciblage sont moins opérants : on peut gagner 100 € environ sur la location d’un véhicule pour une semaine, et 500 € sur une chambre d’hôtel pour la même durée, en bloquant les cookies ou en changeant de poste.

Internet : moins de publicités avec CHROME ?
GOOGLE améliore son navigateur, pour réduire les intrusions publicitaires des sites marchands. C’est exactement ce qu’attend le public : ceci explique beaucoup cela.
Les internautes sont de plus en plus agacés par les invasions publicitaires : fenêtres parasites, vidéos à déclenchement automatique, appels à géolocalisation.
Il se trouve que des logiciels permettent de bloquer ces procédés envahissants : c’est une extension à installer dans le navigateur, simplissime et gratuite. On obtient ainsi une navigation apaisée, efficace, centrée sur la recherche : un vrai plaisir de navigateur.
Du coup, cette parade en agace d’autres, qui ne sont pas les clients, mais les sites marchands (ils vivent de la publicité, placée avec la consultation de leurs contenus), et GOOGLE (dont près de 90 % du chiffre d’affaires provient des recettes publicitaires).
GOOGLE ne pouvait pas rester sans réaction dans cette situation : pour garder la confiance de ses pratiquants, le navigateur CHROME impose désormais aux annonceurs les standards qui écartent les procédés les plus intempestifs : vidéos, bandeaux et fenêtres automatiques surtout.

Avril 2018 par l’UFC-Que Choisir de Nantes